Drupalistic a disparu

 

Pour être honnête, il y a un moment que je n'y croyais plus moi-même. Je reculais la décision mais au fond, je l'avais déjà prise.

C'est finalement l'hébergeur qui l'aura forcée. Le serveur sur lequel Drupalistic ronronnait tranquillement a été fermé. Firstheberg a fait des sauvegardes, mais leur dump de la base de données de Drupalistic ne m'a pas permis de reconstruire le site. À ma demande, ils ont tenté quelques exports supplémentaires, mais apparemment les tables fields_ étaient corrompues (j'ignore par quoi). J'ai quelques sauvegardes personnelles, mais elles sont anciennes (donc incomplètes). Cela fait "un moment" que je ne m'occupais plus sérieusement de mon bébé.

Je lâche l'affaire car mon éloignement de la sphère drupalienne est aujourd'hui trop difficile à surmonter. Si j'en avais la nécessité, je serai capable de revenir à mes anciennes compétences au prix d'un travail acharné de plusieurs mois complets. Mais puisque je n'en ai pas besoin, c'est un prix que je ne paierai pas.

Je présente toutes mes excuses à ceux qui vont se heurter à des erreurs 404. Je ne vais vraiment pas m'acharner à reconstruire partiellement et difficilement une documentation périmée. C'est la limite des sites personnels.

Ce n'est pas un drame, d'autres sites personnels ont disparu, mais pour moi c'est le premier. Ça me fait quelque chose.

Mais je suis passée à autre chose, donc ne soyez pas désolés pour moi. D'ailleurs, je continue d'utiliser Drupal, mais c'est maintenant avec un frisson d'effroi que je m'attaque à l'interface de Views. Je n'y comprends plus rien (les mauvaises langues me diront peut-être que plus personne n'y comprend plus rien, mais ça ne me console qu'à moitié !). Wordpress reste plus à ma portée.

Ça a été un plaisir pour moi de travailler avec Drupal et avec la communauté qui le fait vivre ; ça a été un plaisir d'être reconnue, "à l'époque", comme une voix qui compte dans cette communauté ; ça a été un plaisir de rencontrer physiquement certains d'entre vous. Pour tout ça, merci !

Take care !

Drupalistiquement vôtre,

Marie-Hélène Wronecki
9 juin 2014